“Our Green New Deal for Europe will tackle underemployment & involuntary migration” Part II | DiEM25


Nous avons identifié, comme principales
causes de la destruction de l’Europe et de son
démembrement, deux raisons. Premièrement un sous-emploi
subi. Des millions d’européens sans emplois, ou
qui, ne trouvant pas de plein temps, sont forcés de prendre un temps partiel. D’autres, qualifiés, avec un doctorat en
physique mais forcés d’être livreur pour une pizzeria. Deuxièmement, une émigration subie. Les migrations sont quelque chose de
magnifique. L’humanité s’est répandue sur la terre,
depuis sa naissance, je crois, en Afrique. Aucun pays, aucune frontière ne devrait
nous empêcher de migrer, si c’est là notre désir. Pourtant la tragédie des migrations forcées
est, que des populations, qui n’ont aucun intérêt à quitter
leur foyer, y sont forcées afin d’aller à Berlin,
Londres, au Canada, non pas pour le climat, ou la qualité de la nourriture,
mais car il n’existe pour eux aucun avenir dans
leur pays d’origine Comment pouvons nous stopper, le sous-
emploi et la migration forcée? Ces forces corrosives pour l’ensemble
de l’Europe. Nous avons besoin, selon nous, d’au moins
cinq réformes. 1 – Nous devons apprivoiser le secteur
financier, les banques, les banquiers et démocratiser l’argent ainsi
que le crédit. Nous devons créer un système de régulation
prévenant les banques toute toxicité. Il est absurde que les banques Allemandes
soient exposé à hauteur de six fois le PIB, soient six fois plus
grosse que le revenu national Allemand. Aucune banque d’Europe ne devrait être
exposée à plus de 20% du PIB national. Il devrait y avoir de très strictes
limitations aux paris et aux niveaux d’exposition
des banques. Il devrait y avoir un nouveau système
de paiement public digital, qui pourrait concurrencer celui du secteur
privée des banques. 2 – Nous devons créer un fond
d’investissement vert. Il est absurde qu’aujourd’hui en
Allemagne les taux d’intérêts soient proches de zéro et parfois même
négatifs alors que nous y observons le plus bas niveau
d’investissement dans l’histoire et le plus haut niveau d’épargne jamais
vu. Il suffit de dire cela pour comprendre
que nous sommes tous en danger. Si l’Allemagne, avec 0% de taux d’intérêt
et un excédent généralisé, a le niveau d’investissement le plus faible
depuis 1950, alors nous savons que cette Europe n’est simplement
plus viable. Nous avons donc besoin de créer une
alliance, un partenariat, entre les banques d’investissements comme KFW,
comme la banque Européenne d’investissement et les banques centrales,
afin de lier la capacité des banques ,à imprimer de la monnaie, à des
investissements dans les domaines dont nous avons plus besoin et de désinvestir,
ceux que l’on souhaite réduire, comme les
voiture diesel par exemple. Nous avons besoin de financer les
innovateurs et en même temps nous devons financer les supports de
notre société. Ces gens de bien qui font attention à leur
communauté, qui entretienne ces processus banals, qui
eux ne sont pas de la haute technologie innovante, mais
sont essentiels. Comme ceux qui nettoient les égouts, ceux qui
remplacent les lignes électriques Ceux qui s’occupent d’écoles et d’hôpitaux.
Nous avons donc besoin d’une garantie d’accès aux biens fondamen-
taux qui soit financer sérieusement. 4 – Avez-vous remarquez que de plus
en plus avec l’emploi du digital et de l’intelligence artificiel
le capital social est multiplié. Chaque fois que je vois quelqu’un
ici regarder son téléphone, chaque fois que vous regarder sur Google,
que vous cherchez, vous contribuez au capital de Google. Mais
Google ne partage pas ses revenus avec vous. Le capital est
désormais produit par la société, mais exploité par des
intérêts privés. Nous avons besoin d’un dividende
citoyen universel. Nous avons besoin qu’un part des actions
des entreprise soient détenues par l’État, afin que les
dividendes, ces revenus qu’ils produisent soient distribués à la société.
Si nous ne faisons pas cela, avec l’augmentation de l’automatisation,
nous allons voir progresser les inégalités, les instabilités et en fin
de comptes les entreprises aussi vont en souffrir. Enfin, nous avons besoin de mettre
un terme à la crise de l’Euro. Nous avons un chapitre entier sur comment
le faire dès demain matin. Nous n’avons pas besoin des changements
de traité proposés par Emmanuel macron, et auxquels Wolfgang Schauble et
Martin Schultz disent “Nein”. Nous pouvons reconfigurer,
recalibrer et redéployer les institutions existantes comme la banque
Européenne d’investissement, comme la banque centrale européenne,
comme le mécanisme de stabilité européen afin qu’elles
s’occupent, simultanément, de rendre des marges fiscales pour nos
gouvernements, d’une véritable union bancaire, de restructurer les dettes
publiques européennes, sans les réduire, d’un programme
d’investissement visant au redressement de la zone euro. Si vous lisez notre New Deal européen,
nous y proposons la création d’institution très importante, qui peuvent l’être sur les bases d’une
coopération approfondie, qui est déjà en partie dans la panoplie de l’Union
européenne. C’est dans le traité de Lisbonne. Créons
un fond de dépôt européen, un fond social pour l’Europe entière. Le financement de ce fond devrait venir des
profits de la banque centrale Européenne. Vous savez combien fait de profit chaque
année la BCE? Beaucoup. De tous ces achats d’action,
et de dettes privées. Grâce aux objectifs de moyen de paiement
intra-européen, grâce aux dividendes des entreprises, déjà
mentionnés, grâce aux parts des profits
monopolistiques des entreprises, faites à partir de droit de propriété
intellectuel, grâce à une taxe sur les successions européennes
et enfin par une taxe carbone. Ces revenus devront financer un fond
social commun pour l’ensemble de L’Europe Nous l’appelons le programme de sécurité
pan-européen, à partir duquel nous financerons les biens auxquelles je
faisais référence plus tôt et le dividende citoyen universel. Notre New
deal explique aussi ce qui doit être fait dès demain matin, à court terme. Par exemple, une méthode de
payement digital peut être implémentée en moins d’un mois. Le plan anti-pauvreté dont nous avons
besoin afin de solidifier l’Europe, peut être fonder demain à partir
des bénéfices de la BCE. La banque européenne
d’investissement, de KFW. L’alliance des banques centrales
européenne ne demande qu’une annonce pour se mettre en activité. Cela
peut être fait en un mois. À moyen terme, nous proposons un nouveau
régime de régulation des banques, un plan pour l’habitation et l’emploi
garanti, ainsi qu’un programme d’investissement à
pour la transition écologique, et à long terme, l’activation d’un dividende
universel citoyen. Une fois que nous aurons stabilisé l’Europe
et redonné de l’espoir, alors alors nous pourrons nous asseoir autour
de la table, en tant que citoyen européens afin de discuter de ce qui nous manque. Une constitution démocratique pour l’
Europe afin de remplacer l’ensemble des traités et qui
donnera aux européens une opportunité de se faire “peuple” et de
rendre au peuple la démocratie.